Le TDA/H: qu'est-ce que c'est ?

Selon le DSM-IV TR (APA, 2000), les personnes présentant un TDA/H éprouvent des difficultés à se concentrer, à être attentives et à mener à terme des tâches demandant une certaine planification. Elles sont souvent fébriles. Elles ont de la difficulté à attendre leur tour et elles agissent d’une manière impulsive fréquemment. Il est nécessaire que les symptômes aient apparu avant l’âge de 7 ans et qu’ils durent depuis plus de 6 mois et ils ne sont pas explicables par une autre maladie. Les comportements d’inattention et/ou d’hyperactivité peuvent se retrouver chez tous les êtres humains, mais ils sont présents de façon anormalement prononcée et prolongée chez ceux qui sont atteints d’un TDA/H. Ils sont également présents dans toutes les circonstances de la vie (pas uniquement au travail ou uniquement à la maison, par exemple).

Plus précisément, il existe 3 sous-types de personne souffrant d’un trouble de l’attention selon le DSM-IV TR (2000). Le premier sous-type est celui avec prédominance d’inattention (TDA). L’approche catégorielle du DSM- IV TR propose neuf symptômes afin d’évaluer la présence ou non d’un trouble. Il est nécessaire d’atteindre un seuil minimum de 6 critères sur 9 afin de poser le diagnostic de TDA. Ces symptômes sont :

  1. Prête difficilement attention aux détails
  2. Difficultés à soutenir son attention
  3. Ne semble pas écouter quand on lui parle
  4. Ne se conforme pas aux consignes
  5. Difficultés à planifier et à organiser
  6. Évite les tâches demandant une attention soutenue
  7. Perds des objets
  8. Facilement distrait
  9. Fait des oublis fréquents
Le deuxième sous-type est celui avec prédominance d’hyperactivité-impulsivité. Il est aussi proposé neuf symptômes afin d’évaluer la présence ou non d’un trouble. Le seuil clinique est également de 6 critères sur 9. Les symptômes sont :
  1. Remue souvent les pieds et les mains
  2. Se lève souvent quand devrait rester assis
  3. Court ou grimpe (sensation de bougeotte chez l’adulte)
  4. Difficulté à se tenir tranquille
  5. Souvent fébrile et survolté
  6. Parle souvent trop
  7. Réponds trop vite aux questions
  8. Difficulté à attendre son tour
  9. Interromps les autres et impose sa présence
Le dernier sous-type est celui du TDAH combiné. Une personne ayant ce diagnostic répond à un minimum de 6 symptômes d’inattention sur 9 et à un minimum de 6 symptômes d’hyperactivité-impulsivité sur 9. Le type combiné serait la forme la plus courante de Trouble déficitaire de l’attention.

Trois symptômes sont donc centraux dans le TDA/H : l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité. Ils peuvent être présents à des degrés divers. Par exemple, une personne toujours « dans la lune », mais peu agité, qui a de la difficulté à respecter les délais prescrits par ses patrons et/ou qui ne retient pas les demandes de ses proches peut présenter un TDA/H. Un autre individu surtout hyperactif, impulsif et agité tout en arrivant bien à se concentrer lorsque les tâches l’intéressent, peut aussi souffrir d’un TDA/H.

Il est aussi possible qu’une personne présentant des problèmes d’attention n’ait pas un TDA/H. Par exemple, un jeune ayant un trouble d’apprentissage peut se montrer agité en classe, car il ne comprend pas la matière enseignée et qu’il « décroche » ponctuellement. De même, une personne anxieuse peut avoir de la difficulté à se concentrer, car elle est envahie par son stress et qu’elle a ainsi moins d’espace dans sa tête pour traiter les tâches demandées. La diversité des portraits cliniques comportant des fragilités attentionnelles fait en sorte que le risque de faux diagnostic du TDA/H est très présent. Dans ce contexte, une évaluation cognitive et psychologique est nécessaire afin de bien cerner la nature des difficultés vécues.