Coronavirus et confinement : comment s’adapter aux changements et maintenir l’équilibre au sein du système familial/conjugal

J’exerce le métier de psychologue et depuis quelques semaines, mes clients me demandent des trucs pour mieux s’adapter aux mesures gouvernementales mises en place pour mieux nous protéger de la COVID-19 puisqu’elles viennent perturber le déroulement de leur quotidien. Certains me disent qu’ils sont déstabilisés face à tous ces changements et je ne fais pas l’exception. Je crois qu’il est donc normal, lorsque nous sommes confrontés à des contraintes imposées, de ressentir des émotions telles que de la colère, de l’irritabilité, de la frustration, du stress, de l’anxiété, de la panique et des symptômes dépressifs comme de la tristesse et de la solitude. La situation actuelle amène son lot d’inquiétudes qui risque de nuire à notre capacité d’adaptation. À la lumière des questions de mes clients, je vous partage mes réflexions et mes trucs pour vous aider à préserver l’équilibre pendant la période de confinement. Ce qui compte en situation de crise : tenter de maintenir un niveau d’angoisse tolérable pour éviter les débordements.

Exercez du pouvoir sur ce que vous pouvez contrôler : vous n’êtes pas impuissant

Évidemment, nous ne pouvons contrôler l’évolution de la pandémie, ni le temps de confinement qui nous sera demandé. Cependant, il est possible que nous puissions agir sur les comportements que l’on souhaite adopter pour favoriser notre adaptation et retrouver une impression de contrôle face à la pandémie qui menace notre équilibre. L’évaluation que nous faisons de notre capacité à affronter les défis qui se présentent à nous, à les relever, à nous comporter de manière adéquate par rapport à une situation et à induire des changements positifs dans nos vies correspond au concept d’autoefficacité, tel que décrit par Bandura (2002). Plus une personne est convaincue qu’elle exerce du pouvoir sur sa situation, plus elle risque de développer les outils nécessaires pour se sortir de l’impasse et s’y adapter. 

Identifiez les besoins de chacun et respectez les différences de l’autre

Tous les êtres humains ont des besoins qu’ils comblent à leur façon. Certains pièges amenés par le confinement pourraient causer des tensions au sein de la dynamique familiale ou conjugale, par exemple, en tenant pour acquis que votre conjoint sera plus disponible et ouvert à certaines de vos activités alors qu’il n’a jamais démontré d’intérêt pour vos loisirs. Avoir des attentes irréalistes à l’égard des autres pourrait vous amener à éprouver de l’insatisfaction. Pour éviter que ce genre de tensions n’apparaissent au sein de vos relations, il pourrait être pertinent de susciter une discussion avec tous les membres de la famille afin que chacun puisse exprimer ses besoins et ses attentes face au confinement. Profitez donc de cette période pour tenter de travailler la communication de vos émotions et de vos besoins. Pourquoi ne pas faire un tour de table au souper et inviter les membres de la famille à parler de ce qu’ils ressentent et de comment ils vont ? N’hésitez pas aussi à prendre des moments pour vous recueillir afin de faire le point, pour évacuer votre colère et pour diminuer vos tensions. Faites preuve d’ouverture et de respect à l’égard des besoins de chacun. Assurer la prise en charge de la satisfaction de vos besoins peut également vous éviter d’être déçu. Il est important de se rappeler que nous faisons face à une situation exceptionnelle qui amène déjà son lot de stresseurs et de frustrations. 


 
Instaurez une routine 

Il est certain que les mesures gouvernementales récemment mises en place affectent notre qualité de vie et chamboulent le déroulement de notre quotidien. La situation actuelle peut nous apparaître déstabilisante et susciter de l’insécurité. Sachant que l’être humain a besoin de se sentir en sécurité pour fonctionner, il est recommandé de se créer un environnement sécurisant où il vous sera possible de vous épanouir et ce, malgré les contraintes amenées par la pandémie. Même si le quotidien est chamboulé, il est recommandé de maintenir ses activités et de les modifier au besoin, soyez créatifs. Pourquoi ne pas profiter du confinement pour organiser des entraînements ou des séances de jeux sur Skype avec vos amis ? L’aspect social ne devrait en rien être négligé en cette période d’incertitude puisqu’il a été démontré que les contacts sociaux ont un impact positif sur les symptômes de stress. En vous fixant une routine, vous serez en mesure de répondre à vos besoins et vous risquez d’augmenter vos chances de vous épanouir et d’augmenter votre sentiment d’autoefficacité.


 
Si nous sommes en mesure de mettre en place ces recommandations, je suis certaine que nous serons en mesure de mieux nous adapter. Et n’oubliez pas, plus on écoute les recommandations du gouvernement et plus nous aurons des chances de passer rapidement à travers la crise et donc, de reprendre nos activités. 

Marie-Eve Dallaire, psychologue

Références

Bandura, A. (2002). Self-efficacy: The Exercice of control (2e éd.). New York, N. Y.: Freeman.

Nevid, J., Rathus, S., & Greene, B. (2011). Psychopathologie, une approche intégrée. (Éditions du Renouveau Pédagogique Inc.). Canada, Québec : ERPI. 

https://www.ordrepsy.qc.ca/coronavirus-covid-19-conseils-psychologiques-et-informations-au-grand-public

Crédit photo

Pinterest, les bulles de Bonheur